Accueil

Véritable coopérative de consommateurs

Depuis plus de 40 ans

Accueil>Actualités>Le sucre … Comment se détacher de ses charmes ….

Le sucre … Comment se détacher de ses charmes ….

29/06/2021
A savoir
Dans la vie, l’alimentation est une formidable source de plaisirs. Alors, pour que l’addiction ne soit plus une ombre au tableau, que ces conseils et astuces vous aident à reprendre du pouvoir sur le sucre afin de réconcilier le plaisir et la santé.

On l’aime, on le déteste, jonglant parfois entre la frustration puis, la culpabilité. On est pourtant conscient de son effet sur la prise de poids, de son lien avec les tendances diabétiques et aussi les caries dentaires. Bref, on connaît ses dangers, mais on fait souvent l’autruche car son pouvoir d’attraction est redoutable. Il est effectivement assimilé à une drogue dure ! Mais il est toutefois possible de se détacher de ses charmes.

Premièrement : certaines plantes aident à affaiblir notre lien avec le sucré, parmi lesquelles :

                - GYMNEMA SYLVESTRIS : il fait partie de la pharmacopée ayurvédique. Il a pour propriété de diminuer le plaisir lié au sucre, ce qui permet sans frustration d’en diminuer les apports. En effet, on se surprendra à trouver tel gâteau trop sucré et finalement à diminuer la quantité de sucre qu’on utilise au quotidien

                - GARCINIA CAMBOGIA : elle diminue l’appétit en aidant à se sentir rassasié pendant les repas et sur une durée plus longue. Elle diminue aussi la production de graisse tout en aidant le corps à brûler celle qui est stockée. Elle est intéressante également pour les mangeurs « émotionnels » car elle aide à contrôler l’hormone de stress et à augmenter la sérotonine, l’hormone de la bonne humeur.

                - GRIFFONIA : elle permet elle aussi d’augmenter la sérotonine grâce à sa richesse en tryptophane (5HTP). Elle sera donc particulièrement indiquée dans le cas de « morosité » et de pulsions sucrées prédominantes l’après-midi.

                - CANNELLE : elle permet une meilleure gestion des sucres dans l’organisme, de plus, sa saveur douce incite naturellement à moins sucrer. En poudre, en bâton, en gélules, dans vos plats ou en tisanes, n’hésitez pas à l’utiliser régulièrement. NB : en aromathérapie, plusieurs inspirations profondes d’un flacon d’huile essentielle de cannelle peuvent aider à faire passer une pulsion sucrée.

                - COMPLEXE ELIXIR FLORAUX n° 6 LIBERATIONS : il est préconisé pour se libérer des habitudes nocives et répétitives. Connu pour l’arrêt du tabac , il convient aussi très bien pour l’addiction au sucre :2 sprays en bouche à renouveler 3 à 4 fois par jour.

Deuxièmement : sélectionner judicieusement les produits sucrants et sucrés

                Bien sûr, les personnes à tendance diabétiques ou qui ont une candidose doivent être particulièrement strictes. Dans ce cas, on peut remplacer le sucre par des édulcorants qui n’influencent pas ou peu la glycémie , par exemple : le xylitol (IG *= 8), la Sukrin à base d’érytritol (IG = 0) ou encore la stévia (IG= 0). Attention toutefois,  car l’extrait de stévia en comprimé fait partie des édulcorants intenses, lesquels ne facilitent pas le détachement du sucré. Par contre, sa feuille adoucira agréablement une infusion ou un thé,  un peu comme la réglisse.
                De leur côté,  les confitures « allégées en sucre », elles ont pour atout une note fruitée plus intense car trop de sucre « mange » le parfum. La plupart de celles que nous proposons sont sucrées avec du fruit concentré ou avec du sirop d’agave qui ont un index glycémique plutôt faible car ils sont plus particulièrement riches en fructose plutôt qu’en saccharose. Le sucre de coco a les mêmes atouts. Il a de plus une saveur biscuitée qui convient pour des utilisations très variées.
                Quant aux yaourts nature, il est gourmand d’y mélanger des morceaux de fruits frais ou bien encore de la farine de souchet dont la saveur douce et la consistance donnent un effet « muesli ».  

Troisièmement : des mesures d’hygiène alimentaire améliorent notre gestion du sucré

                 - ne pas grignoter entre les repas, et en cas d’intervalle trop long, ne pas hésiter à faire une collation avec une boisson sans sucre -tisane ou eau pétillante (si l’eau plate ne vous attire pas)-, un fruit frais (ou une compote non sucrée), des oléagineux comme la noix de cajou, riches en protéine satiétogène et dont l’énergie est délivrée lentement grâce au corps gras qu’ils contiennent.
                - prendre les petites douceurs  ou confiseries plutôt en fin de repas qu’à jeun car, mélangés au bol alimentaire, ils auront un effet moindre sur la glycémie.
                - se lancer dans le « fait maison » pour les préparations classiques ordinairement  très sucrées :
                - sorbets à base de petits morceaux de fruits congelés et passés au blender. En ajoutant des rondelles de banane et un peu de purée de noisette, de chanvre ou de pralin, on obtient  un effet crème glacée lactée ? ;
                - pâte à tartiner : à base de purée d’oléagineux  juste additionnée d’ un peu de sucre de coco et de cannelle ;

                - desserts : diminuer la quantité de sucre par rapport à la recette de base ;
                - gâteaux : diminuer le sucre et remplacer 20 à 30 % de la farine par de la poudre d’amande. Celle-ci  contient moins de glucides, donc de sucre que la farine de céréales et elle est plus riche en protéines, l’index glycémique sera donc plus faible.

                Dans la vie, l’alimentation est une formidable source de plaisirs. Alors, pour que l’addiction ne soit plus une ombre au tableau, que ces conseils et astuces vous aident à reprendre du pouvoir sur le sucre afin de réconcilier le plaisir et la santé.

 6925196953 996c3a587a c

Partagez cette information :