Accueil

Véritable coopérative de consommateurs

Depuis plus de 40 ans

Accueil>Actualités>Tous comptes faits... CE N'EST PAS MANGER BIO qui coûte cher !*

Tous comptes faits... CE N'EST PAS MANGER BIO qui coûte cher !*

24/04/2018
Alertes
Tout compter :
L'alimentation bio chère ? C'est l'alimentation issue de l'agriculture conventionnelle qui revient cher

si l'on tient compte des « externalités », c'est-à-dire des coûts qui ne sont pas payés directement par chaque consommateur, mais indirectement, par la collectivité des citoyens-consommateurs.

Ainsi les aides à l'agriculture conventionnelle (PAC et subventions diverses) sont autant de coûts réglés par tous les contribuables -y compris bio ! -  grâce à l'impôt.

 

Coûts LIÉS A LA SANTÉ :

 

1 – Les pesticides utilisés en agriculture conventionnelle engendrent des coûts considérables .

Voici quelques exemples de pathologies liées fortement à l'exposition aux pesticides :

 

Pathologies Population concernée

Lymphomes Agriculteurs

Cancer de la prostate Agriculteurs

Leucémies Population générale

Myélome multiple Agriculteurs

Mélanome de la peau Agricultrices (étude Agrican)

Tumeurs cérébrales Enfants de mères exposées pendant

la grossesse

Maladie de Parkinson Agriculteurs

Maladie d'Alzheimer Agriculteurs

Malformations congénitales Enfants de mères exposées pendant

la grossesse

 

L'obésité et le diabète de type 2 sont en corrélation forte avec l'exposition aux pesticides.

L'obésité est aussi corrélée à l'alimentation conventionnelle :

Les consommateurs de produits bio sont beaucoup moins souvent obèses que les consommateurs de produits conventionnels (– 62% pour les femmes et – 48% pour les hommes)

Cela s'explique aussi en partie par un changement des habitudes alimentaires , indissociable du choix du bio.

 

Coût de l'obésité et du surpoids par an en France : 20 milliards d'euros (dont 12,6 à l'assurance maladie).

Coût du diabète par an : 17 milliards d'euros**.

La généralisation d'une alimentation bio permettrait, pour ces seules pathologies, d'économiser environ 16 milliards d'euros par an (soit 10% du coût total de l'assurance maladie !)

 

2 – Les excès d'azote de l'agriculture conventionnelle engendrent des coûts très importants :

Les impacts négatifs des excès d'azote résultent, pour l'essentiel, de l'utilisation d'azote chimique. Ils sont liés principalement à la pollution de l'eau par les nitrates, et à celle de l'air par divers composés azotés, par l'ammoniac, et par les particules fines néoformées à partir de ces gaz.

Coûts pour la santé en France : entre 5 et 25 milliards d'euros (40 à 190 milliards d'euros pour l'Europe).

 

En additionnant tous ces chiffres, on arrive à un coût total pour la santé : entre 25 et 40 milliards d'euros par an... sans parler des drames humains générés par ces pathologies liées aux pesticides et aux excès d'azote.

 

A Coop Nature, s'alimenter bio profite doublement aux consommateurs que nous sommes :

  • nous mettons toutes les chances du côté de notre santé ;

  • nous bénéficions des meilleurs prix en Touraine (cf. sur notre site le journal N° 56, de fin 2017  Que vaut le bio ? : notre panier type était le moins cher de Touraine).

* Inspiré de l'article de P. Delran (Biolinéaires)

** Atlas de l'IDF Diabètes

agriculture-basket-beets-533360

Partagez cette information :